Unframed prints in a variety of sizes can be purchased from

artuk.org/shop/mythstories

There are also an array of custom built frames available. Buy a beautiful image for your wall and support Mythstories Charity.

the story

It had been a good winter’s trapping, the best François could remember, he thought as he loaded the canoe with furs. It wouldn’t be long until he was home sitting by his fireside toasting his toes. Only one major problem lay between him and that cosy fireside glow, “The Devil’s Jaws”.

“The Devil’s Jaws” was the most fearsome stretch of rapids in all Canada. François would’ve been quaking in his large brown boots if it hadn’t been for the fact that Sylvian would take the prow of the canoe, and Sylvian was the best man in a canoe in all Canada.

When the two friends set off you’d have thought they were off to a party. Laughing and joking they paddled down the river with hardly a fear in their minds. But they weren’t that foolhardy to treat “The Devil’s Jaws” with disrespect. When the water began to get choppy and the foam began to rise they pulled the canoe to the bank and tied it fast. You needed a good solid meal in your stomach, and a good few hours rest before you paddled through “The Devil’s Jaws” even with Sylvian guiding the way.

François wasted no time shooting a rabbit for their tea while Sylvian made up a fire. They sat watching the rabbit sizzle at the spit and thought they were the luckiest of men. But another nose caught a waft of that delicious aroma, and he wasn’t about to turn down an invitation to such a feast.

The first the two knew of their guest was a cracking of twigs in the bushes which grew to the sound of an approaching storm as their new friend wasted no time looking for his seat. Can you imagine our two trappers with eyes like soup bowls when that grizzly joined them for tea?

They didn’t stay frozen for long, Sylvian was off like a jack-rabbit and François had his gun to his eye before even he realized it. But as François squeezed his finger tightly around the trigger and wasn’t greeted by a gratifying bang, he realized that rabbit had been the ungrateful recipient of his last cartridge. François flung the gun and caught the grizzly across the muzzle and he ran for his life.

Now I don’t know if you’ve noticed, but if you invite someone to lunch with you, and when he arrives you start kicking up a fuss, trying to shoot him and hitting him on the nose with your gun, its not the best way to put him at his ease. Well, the grizzly wasn’t best pleased with his reception, he let out a howl and was off to the races, claws at the ready, just itching to show François how he felt.

Now Sylvian probably would’ve laughed if he’d been around to watch, but as he was heading for the next territory at a rate of knots he missed the absurd scene that followed.

There was François running round and round a tree closely followed by one extremely angry bear. Round and round they went until you couldn’t have told who was chasing whom. They got dizzier and dizzier until, luckily for François, the bear, who didn’t have a head for this sort of game, went staggering off straight into a neighbouring tree, cannoned off that into another, and senseless, blundered off into the wood accompanied by the occasional crack as his head made contact with yet another forest giant.

François was in no hurry to go wandering unless he should renew an acquaintance with his new friend. He waited until dark and made his way back to the river. And, thank heavens, who was there but Sylvian all ready and waiting in the canoe. Now maybe it wasn’t a good idea to go through “The Devil’s Jaws” in the middle of the night, but if one man could do it that man was Sylvian. So not bothering to churlishly bring up the little matter of Sylvian leaving him to his fate François jumped in behind Sylvian in his bear skin coat and hat, and pushed off.

What a journey, you would never believe it if I told you the half of it: whirlpools, rocks the size of mountains and waterfalls the depth of a house. But with Sylvian at the helm, what had François to fear. After what seemed an hour or more of being tossed this way and that the water began to calm and François let his tired head lull. He was exhausted, he was sure Sylvian wouldn’t mind if he took a short nap.

Now there are good ways to wake in the morning and there are bad. I don’t think François has the sight that greeted his eyes next morning on his list of favourites. As he woke he saw in front of him a great grizzly bear and just couldn’t hold back an astonished yip. Now that bear had been dazed and confused but a few solid hours sleep had put him right, and having woken just exactly like a bear with a sore head he wasn’t about to put up with anyone creeping up behind him and yipping. He got to his feet and turned around.

There are times to wait for formal introductions and times when it is better to take your leave. This, thought François, was one of the latter. He jumped overboard and swam in a mad panic for the bank. The bear wasn’t quite so sure about taking a bath, the last François saw of him was as the sole passenger of a wildly swaying canoe full of all those wonderful furs heading off down river.

After drying off, François made the long trudge back home, a broken man. When he reached the trading post he created quite a stir, everyone thought he was dead. They had found his canoe by a logjam with bear tracks leading away. And what of his fair weather friend? Well, Sylvian had hitched a ride home with some Indians and had written off his friend as a man from his past.

Well yes, they were both rich men that Spring from those furs the bear had so kindly delivered, but believe it or believe it not, those two men never went trapping together again.

en français

François avait posé beaucoup de piéges cet hiver-là ; d’aussi loin qu’il puisse se souvenir, c’était le meilleur hiver de tous, pensait-il tandis qu’il chargeait le canoë de fourrures. Il ne tarderait pas à être de nouveau chez lui, assis au coin du feu à se chauffer les orteils. Il ne restait qu’un seul grand obstacle entre lui et la lueur intime du feu : “Les Mâchoires du Diable”.

Les Mâchoires du Diable, c’était l’étendue la plus effrayante de rapides dans tout le Canada. François en aurait tremblé dans ses grandes bottes brunes s’il n’avait su que Sylvian allait prendre la barre du canoë, et Sylvian était le meilleur canoëiste du Canada tout entier.

Quand les deux amis se mirent en route, on aurait cru qu’ils allaient à une fête. Ils descendirent la rivière en riant et en plaisantant, le coeur léger et presque sans crainte. Mais ils n’étaient pas assez téméraires pour manquer de respect envers les Mâchoires du Diable. Quand l’eau commença à devenir agitée et que l’écume se mit à monter, ils tirèrent le canoë jusqu’à la rive et l’attachèrent. Ils devaient se remplir l’estomac d’un bon repas et prendre quelques heures de repos avant de pagayer à travers les Mâchoires du Diable, même si c’était Sylvian qui servait de guide.

François ne perdit pas de temps et tua un lapin pour leur souper pendant que Sylvian faisait un feu. Ils étaient assis à regarder le lapin grésiller sur la broche et pensaient être les plus heureux des hommes. Mais un autre nez renifla cet arôme délicieux, qui n’aurait pour rien au monde refusé une invitation à un tel festin.

La première chose qui les avertit de la présence leur invité fut un craquement de brindilles dans les buissons, qui augmenta comme le son d’un orage qui approche, et leur nouvel ami ne perdit pas de temps à chercher sa place. Imaginez nos deux trappeurs, les yeux comme des soucoupes, quand cet ours les rejoignit pour souper. Ils ne restèrent pas cloués sur place longtemps : Sylvian détala comme un lièvre et François eut son fusil en main, l’oeil sur le viseur, avant même de s’en rendre compte. Mais au moment où François appuya le doigt sur la gâchette, il n’entendit pas de détonation satisfaisant. Il se rendit compte qu’il avait utilisé sa dernière balle pour tuer le pauvre lapin. François rejeta le fusil, frappa l’ours au museau et se sauva.

Or, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais si l’on invite quelqu’un à déjeûner, et qu’à son arrivée on fait des histoires, on essaye de lui tirer dessus et de le frapper au nez avec son fusil, ce n’est pas la meilleure façon de le mettre à l’aise. Eh bien, l’ours n’était pas très content de l’accueil qu’il avait reçu. Il hurla et prit François en chasse, griffes en avant, prêt à lui montrer de quel bois il se chauffait.

Sylvian aurait probablement ri s’il avait assisté à la scène, mais puisqu’il se dirigeait vers le territoire voisin à toute vitesse, il manqua la scène absurde qui suivit.

Voilà que François courait autour d’un arbre, suivi de près par un ours absolument furibond. Ils tournaient en rond à un tel point qu’on ne pouvait pas deviner qui chassait qui. Tout cela devenait de plus en plus confus lorsque, heureusement pour François, l’ours, qui n’avait pas la tête à ce genre de jeu, partit en titubant, heurta un arbre voisin, en accrocha un autre et se cogna dans les troncs de manière insensée, le tout accompagné de temps en temps d’un craquement quand sa tête heurtait à nouveau un autre géant de la forêt.

François n’avait pas envie d’errer ça et là, de peur de rencontrer encore une fois son nouvel ami. Il attendit jusqu’au crépuscule et retourna vers la rivière. Et, heureusement, voilà Sylvian qui était là, tout prêt, et qui attendait dans le canoe. Or, peut-être n’était pas sage de passer par ‘Les Mâchoires du Diable’ au milieu de la nuit, mais, si quelqu’un pouvait le faire, c’était bien Sylvian. Ne s’abaissant pas à aborder le fait que celui-ci l’avait abandonné, François sauta dans le canoë derrière Sylvian, qui portait son manteau et son chapeau en peau d’ours, et pagaya.

Vous ne me croiriez pas si je vous décrivais le voyage : tourbillons, roches grandes comme des montagnes et cascades profondes commes une maison. Mais avec Sylvian à la barre, François n’avait rien à craindre. Après peut-être une heure ou deux à être ballottés de tous côtés, l’eau commença à s’apaiser et François, extrêmement fatigué, se laissa un peu aller. Il était épuisé, il était sûr que Sylvian ne s’ennuyerait pas s’il faisait un petit somme.

Il y a de bonnes et de mauvaises façons de s’éveiller le matin, or je ne crois pas que la vue qui s’offrait à François le lendemain matin soit une de ses préférées. Quand il s’éveilla il vit devant lui un grand ours et n’arriva pas à retenir un cri étonné. L’ours avait été étourdi et confus, mais quelques bonnes heures de sommeil lui avaient fait du bien, et, s’étant éveillé d’une humeur massacrante, il n’allait pas supporter que quelqu’un le prenne par surprise et crie. Il se leva et se retourna.

Il y a des moments où il faut attendre qu’on soit formellement présenté et où il vaut mieux partir. Cette fois-ci, pensa François, il fallait partir. Il sauta dans la rivière et nagea à la hâte vers la rive. L’ours avait moins envie de se baigner, et la dernière fois que François le vit, il était le seul passager d’un canoë chargé de toutes ces fourrures merveilleuses, et qui, tanguant follement, descendait la rivière.

Apres s’être séché, François retourna d’un pas lourd chez lui, en homme abattu. Quand il arriva au poste d’approvisionnement il fit sensation, car tout le monde croyait qu’il était mort. On avait trouvé son canoë près d’un amas de bois de flottage, et il y avait des empreintes d’un ours qui s’éloignaient de là. Et qu’était devenu son ami des beaux jours? Eh bien, Sylvian était retourné avec les Indiens et avait tenu son ami pour mort.

Oui, ils étaient tous les deux riches ce printemps-là, grâce à ces fourrures que l’ours avait si gentiment livrées, mais il faut ajouter que ces deux hommes ne braconnèrent jamais plus.

Thanks to: Carol Musty (first translation)
Catherine Heyrendt (final translation)

Key Stage 2 Activities

The Bear’s Side Of The Story

We heard a little in the story of how the bear might have felt disgruntled about the way he had been treated.

Can you write his story of the encounter with the trappers?

Patterns

Think of waves, foam, ripples, drips, drops, splashes and current flows in the rapids and see if you can come up with a repeat pattern based on them that could be used for dress fabric or wallpaper?

Eyes Like Soup Bowls

Can you draw Francois and Sylvian when they saw the grizzly come storming out of the bush towards them?

Remember they had eyes like soup bowls.

Devil’s Jaws

“The Devil’s Jaws” is a great, frightening name for a stretch of rapids.

If you were asked to think up the name of a terrifying stretch of rapids, what would your three best suggestions be?

En Roulant Ma Boule

Here is an old French/Canadian paddling song. See if you can sing along? The first lyric below is the dual language version, the second is the original Chanson Québécois.

See lyric…

En Roulant Ma Boule

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Behind our house we have a pond,
En roulant ma boule
Behind our house we have a pond,
En roulant ma boule
Where three fine ducks swim round and round,
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Where three fine ducks swim round and round,
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Where three fine ducks swim round and round,
En roulant ma boule
Where three fine ducks swim round and round,
En roulant ma boule
To hunt them comes the young king’s son
Rouli, roulant, ma boule roulant,
To hunt them comes the young king’s son
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

To hunt them comes the young king’s son
En roulant ma boule
To hunt them comes the young king’s son
En roulant ma boule
With him he brings his shining gun
Rouli, roulant, ma boule roulant,
With him he brings his shining gun
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

With him he brings his shining gun
En roulant ma boule
With him he brings his shining gun
En roulant ma boule
He aims it at the black for fun.
Rouli, roulant, ma boule roulant,
He aims it at the black for fun.
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

He aims it at the black for fun
En roulant ma boule
He aims it at the black for fun
En roulant ma boule
But then he hits the whitest one
Rouli, roulant, ma boule roulant,
But then he hits the whitest one
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

But then he hits the whitest one
En roulant ma boule
But then he hits the whitest one
En roulant ma boule
“Oh, prince, now see what you have done!”
Rouli, roulant, ma boule roulant,
“Oh, prince, now see what you have done!”
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

“Oh, prince, now see what you have done!
En roulant ma boule
“Oh, prince, now see what you have done!
En roulant ma boule
You’ve killed my duck, the whitest one!”
Rouli, roulant, ma boule roulant,
You’ve killed my duck, the whitest one!”
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

“You’ve killed my duck, the whitest one!”
En roulant ma boule
“You’ve killed my duck, the whitest one!”
En roulant ma boule
From his bright eyes two di’monds fall
Rouli, roulant, ma boule roulant,
From his bright eyes two di’monds fall
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

From his bright eyes two di’monds fall
En roulant ma boule
From his bright eyes two di’monds fall
En roulant ma boule
And from his bill drops gold for all
Rouli, roulant, ma boule roulant,
And from his bill drops gold for all
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

And from his bill drops gold for all
En roulant ma boule
And from his bill drops gold for all
En roulant ma boule
Out from his wing the red drops pour
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Out from his wing the red drops pour
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Out from his wing the red drops pour
En roulant ma boule
Out from his wing the red drops pour
En roulant ma boule
And on the wind his feathers soar
Rouli, roulant, ma boule roulant,
And on the wind his feathers soar
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

And on the wind his feathers soar,
En roulant ma boule
And on the wind his feathers soar,
En roulant ma boule
Three maidens fair his feathers take
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Three maidens fair his feathers take
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Three maidens fair his feathers take
En roulant ma boule
Three maidens fair his feathers take
En roulant ma boule
A bed for weary men they make
Rouli, roulant, ma boule roulant,
A bed for weary men they make
Rouli, roulant, ma boule roulant.

Chanson Québécois

En Roulant Ma Boule

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Derrièr chez nous, ya-t-un étang,
En roulant ma boule
Derrièr chez nous, ya-t-un étang,
En roulant ma boule
Trois beaux canards s’en vont baignant,
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Trois beaux canards s’en vont baignant,
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Trois beaux canards s’en vont baignant,
En roulant ma boule
Trois beaux canards s’en vont baignant,
En roulant ma boule
Le fils du roi s’en va chassant
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Le fils du roi s’en va chassant
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Le fils du roi s’en va chassant.
En roulant ma boule
Le fils du roi s’en va chassant.
En roulant ma boule
Avec son grand fusil d’argent.
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Avec son grand fusil d’argent.
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Avec son grand fusil d’argent,
En roulant ma boule
Avec son grand fusil d’argent,
En roulant ma boule
Visa le noir, tua le blanc.
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Visa le noir, tua le blanc.
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Visa le noir, tua le blanc,
En roulant ma boule
Visa le noir, tua le blanc,
En roulant ma boule
O fils du roi, tu es méchant!
Rouli, roulant, ma boule roulant,
O fils du roi, tu es méchant!
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

O fils du roi, tu es méchant!
En roulant ma boule
O fils du roi, tu es méchant!
En roulant ma boule
D’avoir tué mon canard blanc
Rouli, roulant, ma boule roulant,
D’avoir tué mon canard blanc
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

D’avoir tué mon canard blanc
En roulant ma boule
D’avoir tué mon canard blanc
En roulant ma boule
Par dessous l’aile il perd son sang.
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Par dessous l’aile il perd son sang.
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Par dessous l’aile il perd son sang,
En roulant ma boule
Par dessous l’aile il perd son sang,
En roulant ma boule
Par les yeux lui sont’nt des diamants
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Par les yeux lui sont’nt des diamants
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Par les yeux lui sont’nt des diamants
En roulant ma boule
Par les yeux lui sont’nt des diamants
En roulant ma boule
Et par le bec l’or et l’argent
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Et par le bec l’or et l’argent
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Et par le bec l’or et l’argent,
En roulant ma boule
Et par le bec l’or et l’argent,
En roulant ma boule
Toutes ses plum’s s’en vont au vent
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Toutes ses plum’s s’en vont au vent
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Toutes ses plum’s s’en vont au vent,
En roulant ma boule
Toutes ses plum’s s’en vont au vent,
En roulant ma boule
Trois dam’s s’en vont les ramassant
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Trois dam’s s’en vont les ramassant
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

Trois dam’s s’en vont les ramassant
En roulant ma boule
Trois dam’s s’en vont les ramassant
En roulant ma boule
C’est pour en faire un lit de camp.
Rouli, roulant, ma boule roulant,
C’est pour en faire un lit de camp.
Rouli, roulant, ma boule roulant,

En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule
En roulant ma boule roulant,
En roulant ma boule

C’est pour en faire un lit de camp.
En roulant ma boule
C’est pour en faire un lit de camp.
En roulant ma boule
Pour y coucher tous les passants.
Rouli, roulant, ma boule roulant,
Pour y coucher tous les passants.
Rouli, roulant, ma boule roulant.

Thanks to our page sponsors…