La flèche de Robin des Bois

On peut voir cette flèche au sommet de la chapelle mortuaire. Certains vous diraient qu’elle est juste là pour indiquer le Fletchers’ Chancel, mais je connais une autre raison.

Cela faisait des années que Robin des Bois était dans cette contrée, mais il se trouvait bien là.

Certains disent que Robin avait des comptes à régler avec le clergé d’ici. D’autres disent que c’était un pari qui l’avait poussé à le faire, mais il le fit bel et bien.

Il grimpa sur la plus haute branche de ce grand arbre sur le tertre, sur le chemin de Bromfield et il tira une flèche. Il dit qu’il pouvait toucher la girouette au sommet du clocher. Je ne suis pas sûr de pouvoir la voir depuis là.

Quoi qu’il en soit, Robin manqua son but ce jour-là. Peut-être n’était-il pas dans son assiette ou peut-être y eut-il un soudain coup de vent, mais cette flèche–là rata sa cible.

Il dit qu’il ne manquerait pas une seconde fois, mais lorsqu’il alla chercher sa flèche, elle était coincée. Il ne put la sortir.

Après ce jour, Robin des Bois ne revint jamais à Ludlow. Parce que là, aussi insolente que possible, sur le toit de cette église, la flèche rappelle qu’il n’a pas toujours atteint son but.



photo: Gordon Dickins Ludlow

Ludlow est l’une parmi tant d’autres de ce qu’on pourrait appeler les 'Nouvelles Villes' Normandes. Lorsque les Normands envahirent la Grande-Bretagne en 1066, ils ne réussirent pas à conquérir le Pays de Galles et il était important pour Guillaume le Conquérant d’ériger des châteaux défensifs le long des pays frontaliers entre l’Angleterre et le Pays de Galles, pour sécuriser la zone. Walter De Lacy fut chargé de cette mission et son fils, Roger construisit le château à Ludlow si bien que la ville s’agrandit rapidement autour, en quête de protection et de commerce. Une grande partie du plan de la ville médiévale subsiste et il est encore possible de discerner l’emplacement des cours et des jardins. Ludlow était effectivement la capitale des Marches (les terres que l’armée devait sécuriser en marchant de long en large) et les ruines de son château et d’autres bâtiments toujours intacts témoignent que la ville est entrée dans l’Histoire.

L’Église St Laurence

(le lieu de rassemblement des fabricants de flèches de Ludlow) il y a une grande flèche en fer qui témoigne du commerce des flèches. Elle n’a vraiment rien à voir avec Robin des Bois, comme dans notre histoire.

L’église est dotée d’un porche hexagonal plutôt singulier, dont l’étage supérieur était jadis utilisé comme école. St. Laurence possède également de très jolis vitraux médiévaux et une très belle stalle.

Un Fils d’honneur

Le poète et universitaire A. E. Housman parle de Ludlow affectueusement dans beaucoup de ses écrits et plus particulièrement dans son oeuvre la plus populaire - A Shropshire Lad (un Garçon du Shropshire). Housman naquit en fait à Bromsgrove dans le Worcestershire en 1859 et passa la majeure partie de sa vie à Londres et à Cambridge. Cependant, lorsqu’il mourut en 1936, ses cendres furent éparpillées près du mur nord de l’église St. Laurence à Ludlow, un endroit qui n’avait jamais été loin de son cœur. Une plaque commémorative dans un renfoncement porte son épitaphe. On peut trouver un des poèmes de ‘A Shropshire Lad’, appelé 'On Wenlock Edge' sur les pages de 'Perdue dans les flots'.

Le Tertre de Robin Des Bois

Tout près du champ de courses de Ludlow, il y a un groupe d’environ 20 tumulus de l’Age de Bronze, la plupart ayant disparu. Le plus long d’entre ces tumulus s’appelle Robin Hood’s Butt (le Tertre de Robin Des Bois). L’arbre que, selon la légende, Robin avait escaladé pour perdre sa flèche s’y trouve toujours. Le tertre comportait une sépulture de l’Age de Bronze d’un garçon âgé entre 12 et 14 ans avec un couteau de bronze. Son identité est inconnue, mais de toute évidence, le cimetière de Bromfield est très important et comporte de très nombreux tumulus et ce tertre arbore une certaine proéminence.

Le Vrai Robin Des Bois - Un autre Garçon du Shropshire

Lorsque Fulk Fitz Warine III était jeune homme, il fut élevé à la cour de Henri II avec les fils du roi, Richard, Arthur et John. Fulk était du même âge que John mais nul n’aurait pu dire qu’ils étaient proches, ils n’avaient de cesse de se disputer. Un jour, Fulk surprit John à tricher aux échecs, alors John lui jeta à la figure l’échiquier et les pièces. Fulk riposta en assaillant John de coups de pieds à travers toute la pièce et dans le mur, ce qui n’était pas une façon de traiter un prince! John se précipita auprès de son père pour lui dire qu’il devait punir Fulk. Le Roi Henri II était sage et refusa. Il dit à John que Fulk avait certainement été provoqué et il punit John pour être venu raconter des mensonges. A partir de cet instant-là, le sort en était jeté.

Fulk hérita du Château de Whittington en 1197. Lorsque John monta sur le trône, en 1199, il évinça Fulk de son siège seigneurial et y installa Sir Morys of Hawkstone à sa place. Fulk devint hors-la-loi et sillonna le pays en volant les riches pour donner aux pauvres avec un but à l’esprit, récupérer son légitime château.

Lors d’un remarquable épisode, Fulk et sa bande de hors-la-loi parvinrent à capturer le Roi John alors qu’il chassait dans la Forêt de Windsor. John promit de rendre à Fulk son Château de Whittington s’il le laissait partir. Cependant, après sa libération, John manqua à sa promesse, ce qui augmenta d’autant la détermination de Fulk. Fulk devint un héros auprès des gens et un grand nombre le soutint. Il finit par retourner à son château avec sa bande, l’assiégea et le reprit à Sir Morys. Fulk était tellement populaire que John ne put rien faire d’autre que lui pardonner. Fulk demeura une épine dans le pied de John et compta parmi les nobles, lors de la révolte seigneuriale, qui obligea John à ratifier la Grande Charte.

L’histoire vous semble-t-elle familière ? – Oui, en effet. Remplacez le nom de 'Robin des Bois’ par Fulk et celui du 'Shérif de Nottingham' par Sir Morys et vous y êtes. Robin des Bois était en fait un garçon du Shropshire.

Robin Des Bois dans le Shropshire

Il existe de nombreuses histoires associant Robin des Bois avec des lieux dans toute l’Angleterre. Il est impossible de dire si Robin des Bois était un vrai hors-la-loi ou juste un mythe. Il est même possible que son nom ait été endossé par de nombreux hommes en de nombreux endroits. Cependant, il semble appartenir à une certaine tradition du Shropshire d’appeler les tumulus de l’Age de Bronze Tertre de Robin des Bois (un tertre étant un monticule de terre, utilisé derrière une cible, dans le tir à l’arc, pour récupérer les flèches perdues – compte tenu de l’habileté de Robin avec un arc et des flèches, on n’aurait pas pensé qu’un tertre était nécessaire). Au sommet du Long Mynd, près de la ligne de l’ancienne voie ferrée, le Portway, se dressent deux jolis tumulus portant tous les deux le même nom, le Tertre de Robin des Bois.


Translation: Euro Langues Assistance & Tradufrance

retracer